À propos

Les conditions d’un vrai dialogue scientifique n’existent pas encore dans le domaine si délicat des sciences humaines, entre l’Afrique et l’Europe. En attendant, les spécialistes africains doivent prendre des mesures conservatoires. Il s’agit d’être apte à découvrir une vérité scientifique par ses propres moyens en se passant de l’approbation d’autrui, de savoir conserver son autonomie intellectuelle jusqu’à ce que les idéologues qui se couvrent du manteau de la science, se rendent compte que l’ère de la supercherie, de l’escroquerie intellectuelle est définitivement révolue, qu’une page est tournée dans l’histoire des rapports intellectuels entre les peuples et qu’ils sont condamnés à une discussion scientifique sérieuse, non escamotées, dès le départ.

Cheikh Anta Diop 

 

J’ai toujours été passionné d’histoire. Celles des autres, celles de loin. Et puis un jour, je suis tombé dans l’histoire du Sud de mon pays, de la plage à cinq minutes de mon domicile. J’emprunte tous les matins une route qu’il a plus de deux siècles d’âge. Je me suis donc résolu à laisser la curiosité l’emporter. Depuis, je vais de découvertes, en émerveillement. D’anecdotes croustillantes en stupéfaction.

La vocation de ce blog n’est pas de récrire l’histoire du Togo. Il existe à cet effet une littérature foisonnante disponible. Le secret espoir que je caresse à travers les lectures que je partage ici, les histoires que je raconte, c’est renouer ce fil cassé entre les Togolais et leur histoire. Et ce parce que je demeure convaincu qu’il est du ressort du passé d’éclairer le présent, qu’en tant que Togolais nous ne pourrons bâtir un dialogue constructeur que si nous retrouvons ne serait-ce qu’en partie qui nous sommes et ce qui nous cimente notre identité.

J’ai voulu ce blog comme une main tendue entre les générations, une invitation au questionnement et une pierre minime sans doute dans la construction d’une citoyenneté active et efficiente.

Je suis Yann Moebius, blogueur togolais, profondément passionné par ce pays que les forces de l’histoire ont façonné et ce que je raconte ici, c’est des histoires de Togolais, de personnages tombés dans l’oubli pour que mieux assurés d’où nous venons, nous nous concentrions sur la marche qui nous mènera vers une nation plus unie, plus juste, plus véridique, une identité dans laquelle toutes les filles et fils de la terre de nos aïeux pourront légitimement prendre leur place et jouer leur rôle.